(A partir de 16 ans)

Obligatoire pour la conduite des bateaux de plaisance à moteurs de plus de 6cv,navigation de jour et de nuit sans limite de puissance, jusqu’à 6 milles d’un abri (environ 11kms)

Environ 8h à 10h de cours en salle avec le formateur et d’une formation en e-learning (internet) avec suivi du formateur sur votre progression en temps réel.
L’obtention de l’option  » côtière  » du permis de conduire des bateaux de plaisance à moteur est subordonnée au passage d’une épreuve théorique basée sur un questionnaire à choix multiple et à la validation par un établissement de formation agréé de la formation pratique suivie par le candidat.
L’épreuve théorique comporte trente questions ; cinq erreurs sont admises.
Le candidat conserve le bénéfice de la réussite à l’épreuve théorique pendant dix-huit mois.

Le programme de l’épreuve théorique de l’option  » côtière  » est le suivant :

  • le balisage des côtes, le balisage des plages et les pictogrammes à l’exception des marques de musoir ;
  • l’initiation au système de balisage région  » B  » ;
  • les règles de barre et de route ;
  • les signaux : les signaux phoniques de manœuvre et d’avertissement ; les signaux phoniques par visibilité réduite ; les signaux de détresse ; les signaux régissant le trafic portuaire ; les signaux météorologiques ;
  • les feux et marques des navires ;
  • les règles de navigation et de sécurité entre navires de plaisance et entre navires de plaisance et navires professionnels ; les catégories de conception des navires de plaisance marqués CE ; le nombre de personnes ou la charge embarquées ; les limitations de la navigation (zones interdites, limitations de vitesse, signalisation des plongeurs sous-marins et distance de sécurité, zones de conchyliculture) ; la conduite en visibilité restreinte ; le matériel d’armement et de sécurité des navires de plaisance de la catégorie côtière et ses compléments ainsi que les pièces administratives à posséder à bord ;
  • la réglementation relative au titre de conduite des bateaux de plaisance à moteur ;
  • connaissances élémentaires du service mobile maritime, du système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMSDM) et du bon usage d’une station radioélectrique fonctionnant dans la gamme des ondes métriques (VHF)
  • les règles de la pratique du ski nautique et des engins tractés ; la responsabilité du chef de bord et ses conséquences juridiques ;
  • des notions d’autonomie en matière de carburant ;
  • la protection de l’environnement : les rejets, l’équipement sanitaire des navires habitables, les peintures antisalissures ; la protection de la ressource halieutique : interdiction de vente, de colportage et d’achat du poisson provenant de la pêche de loisir, réglementation de la pêche sous-marine, protection de la faune et de la flore ;
  • la météorologie : savoir se procurer les prévisions ; connaître l’échelle anémométrique Beaufort et l’état de la mer ;
  • l’initiation à la lecture d’une carte marine : connaissance des symboles élémentaires ;
  • les règles d’utilisation des écluses gardées ou automatiques.
Bateau école en attente dans la baie de Carantec


Le programme de la formation pratique qui est commune aux options  » côtière  » et  » eaux intérieures  » est défini par les objectifs suivants :
Environ 4h à 5h de navigation
a) Assurer la sécurité individuelle et collective de l’équipage, être sensibilisé à l’importance d’une formation à l’utilisation des moyens de communications embarqués ;
b) Décider de l’opportunité d’une sortie en fonction d’un bulletin météorologique, respecter le balisage et identifier les obstacles sur une zone de navigation ;
c) Etre responsable de l’équipage et du bateau, utiliser à bon escient les moyens de détresse, respecter le milieu naturel ;
d) Maîtriser la mise en route du moteur, la trajectoire et la vitesse du navire, l’arrêt de la propulsion, la marche arrière et l’utilisation des alignements ;
e) Accoster et appareiller d’un quai, mouiller, prendre un coffre et récupérer une personne tombée à l’eau.
Les candidats sont exemptés d’épreuves pratiques si titulaires du permis fluvial